Affichage de contenus web

Les relations russo-belges

 

L’année 2017, malgré une conjoncture qui fut tout sauf simple sur le plan international et européen, les relations belgo-russes ont revêtu un caractère régulier et substantiel. La détermination des deux pays à développer le potentiel de ces liens bilatéraux autant que faire se peut dans le contexte des restrictions actuelles s'est vue confirmée lors de la visite de travail de M. Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, à Bruxelles, les 11 et 12 juillet dernier. C'est dans une atmosphère ouverte et constructive que se sont déroulées sa rencontre avec le Premier ministre Charles Michel ainsi que les négociations avec le vice-Premier Ministre et ministre des Affaires étrangères Didier Reynders. Nos partenaires belges ont souligné leur engagement en faveur de la restauration d'un dialogue structuré de haut niveau entre l’Union européenne et la Russie.

Les consultations politiques bilatérales au niveau des vice-ministres des Affaires étrangères (février) ont donné lieu à un échange de vues détaillé sur un large éventail de problèmes internationaux d’actualité et de sujets bilatéraux.

La collaboration active de l’Ambassade avec les autorités du Royaume au niveau fédéral, régional et local a permis de développer encore davantage la coopération pratique belgo-russe dans plusieurs domaines. L’Ambassadeur a effectué des visites à Anvers, Liège et Gand, ainsi que dans les principaux ports du pays. Des contacts tous azimuts ont été entretenus avec des représentants belges du monde des affaires, des cercles académiques et de la société civile.

Nous nous réjouissons des évolutions positives sur le plan économique. Les échanges commerciaux reprennent leur cours normal après un ralentissement qui s’est poursuivi jusqu’à l’année dernière. A la fin du premier semestre, ceux-ci avaient augmenté d’un tiers par rapport à 2016, atteignent un niveau comparable à la période d’avant les sanctions. Force est de souligner que cette hausse n’est pas imputable uniquement aux approvisionnements russes en énergie et autres ressources minérales. La coopération a connu un développement dynamique dans les secteurs du diamant et du gaz, de l’industrie chimique, de la métallurgie, des transports et de la logistique, tandis que le volume des investissements s’est accru et ce, tant en Russie qu’en Belgique.

Les activités des consortiums comme Lukoil (chaîne nationale de stations-service), EuroChem (cluster agrochimique basé au port d’Anvers), Mechel (fournisseur d'acier), le Combinat métallurgique de Novolipetsk (deux usines en Wallonie), entre autres, ont bien progressé en Belgique.

Sur le marché russe, le premier opérateur économique belge reste le Groupe Solvay. Il est co-fondateur de l’entreprise située dans l’oblast de Nijni Novgorod qui est spécialisée dans la production de PVC et de soude caustique et répond dans une large mesure aux besoins du marché russe en la matière. Parmi les investisseurs importants en Russie, citons encore AB InBev (groupe brassicole), AGC Glass (producteur du verre à destination industrielle et automobile), Sibelco (extraction et transformation primaire du sable quartzeux), ainsi que d'autres entreprises belges.

Au port de Zeebrugge, la construction d’un grand terminal destiné au gaz naturel liquéfié (GNL) a avancé à grands pas dans le cadre d’un partenariat entre la société Yamal LNG et Fluxys, gestionnaire de l’infrastructure de transport de gaz naturel en Belgique. D'importantes capacités seront ainsi créées pour le transport et la distribution du GNL russe à ses utilisateurs, notamment sur d’autres continents.

Malgré le refroidissement des relations lié aux sanctions, la réalisation de grands projets initiés durant les années précedentes s'est poursuivie et de nouveaux lancements perspectifs ont même vu le jour. Par exemple, en juin 2017, en marge du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, Fluxys et Novatek ont signé un mémorandum de coopération susceptible d'étoffer considérablement les débouchés des fournisseurs russes sur le marché du GNL de faible tonnage en Europe. Ce documents vient compléter l’accord-cadre déjà conclu entre Fluxys et Gazprom en mars 2016. La société Bekaert a annoncé son intention d’investir un milliard de roubles (environ 14,7 millions d’euros) dans le renforcement de ses capacités de production de câbles métalliques dans la zone économique spéciale de Lipetsk. Plusieurs contrats ont été signés à la suite de la participation de grands exportateurs du secteur de la pêche russe à Seafood 2017, le principal salon européen dédié aux produits de la mer qui s’est tenu à Bruxelles en avril dernier.

Des contacts fructueux ont eu lieu entre la province de Flandre occidentale et l’oblast de Leningrad, les administrations des villes et des ports d’Anvers et d’Oust-Louga. Le rapprochement des milieux commerciaux et industriels des deux pays a été favorisé par les missions économiques que des représentants des oblasts de Vologda, de Nijni Novgorod, de Samara et de Tambov, ainsi que de l’Association des régions innovantes de la Russie ont effectuées en Belgique. Une présentation des possibilités d’investissement dans l’oblast de Kaliningrad a eu lieu à bord du « Krusenstern », le célèbre voilier qui a fait escale en mai dernier à Anvers et Ostende.

De leur côté, des hommes d’affaires belges se sont rendus dans la république du Tatarstan, à Vologda, à Lipetsk, à Samara et à Tcherepovets. Ils ont par ailleurs pris part au Forum économique international de Saint-Pétersbourg en juin et au Forum économique oriental en septembre 2017.

Nous sommes heureux de constater la volonté des hommes d'affaires de nos deux pays de coopérer davantage dans les domaines à forte composante technologique et scientifique. En 2017, les contacts des avionneurs russes avec le Flemish Aerospace Group (FLAG) et le Pôle aérospatial wallon Skywin se sont intensifiés. Le fond Skolkovo et la société Tecnopol s’intéressent, quant à eux, à l’expérience belge dans les start-ups innovants.

Il est à noter que depuis les trois ans et demi que le régime des sanctions se poursuit, aucune des entreprises belges présentes en Russie (on en dénombre plus de 50) n’a quitté notre pays, signe d’appréciation des opportunités que leur offre le marché russe, prometteur et de grande taille. C’est précisément dans cet esprit qu’ont eu lieu des pourparlers dans le cadre d’une Commission mixte sur la coopération économique entre la Fédération de Russie et l’Union économique belgo-luxembourgeoise (UEBL). Elle se réunit en séance plénière tous les deux ans, mais un intense travail se poursuit entre les sessions. Les consultations des vice-coprésidents de la Commission qui se sont déroulées en mai 2017 à Bruxelles et à Luxembourg ont permis de discuter de l’ordre du jour de sa prochaine réunion, prévue pour le premier semestre 2018, ainsi que des moyens d’améliorer l’efficacité du Forum des affaires qui se tient au sein de l’UEBL.

Les contacts parlementaires ont également contribué à la consolidation des liens bilatéraux. En juin dernier, une délégation de députés de la Douma d’État de l’Assemblée fédérale de la Fédération de Russie présidée par Anatoly Karpov, vice-président du comité des Affaires internationales, est venue en visite à Bruxelles. Lors des réunions au Parlement belge, notamment avec M. Siegfried Bracke, président de la Chambre des représentants, une volonté commune s'est prononcée en vue de restaurer un ordre du jour fédérateur et de collaborer sur les problèmes fondamentaux du monde contemporain, en particulier la lutte contre le terrorisme international.

Un dialogue constructif s'est poursuivi dans le cadre de la 137e Assemblée de l’Union interparlementaire qui c’est tenue en octobre 2017 à Saint-Pétersbourg.

Des liens mutuellement enrichissants se sont multipliés sur le plan culturel. L’année 2017 s’est articulée autour du Tricentenaire de la visite de Pierre le Grand sur le sol belge. Elle a constitué un jalon historique dans les relations entre les deux pays et a déterminé depuis lors leur caractère amical. Cet anniversaire a donné lieu à un vaste programme d’événements festifs : concerts, expositions, séminaires scientifiques et éducatifs, conférences, qui ont éclairé, pas à pas, le voyage du premier Empereur de toutes les Russies dans les villes belges. Nous sommes très heureux que les nombreuses initiatives de l’Ambassade aient reçu un bon accueil tant du côté de nos partenaires et sponsors en Russie que des autorités et de la société belges. Nous y voyons une preuve tangible du bon souvenir qu’a laissé le séjour du tsar russe et qui compte au nombre des éléments qui cimentent aujourd’hui nos liens bilatéraux.

Les festivités ont débuté par les concerts du chœur des étudiants de l’Institut d’État des relations internationales de Moscou qui s’est produit dans plusieurs villes belges à la fin de janvier 2017. Elles ont enchaîné avec une tournée de l’Ensemble académique d’État Igor Moïsseïev ayant recueilli un grand succès.

La visite historique de Pierre le Grand était au coeur de la 7e édition des Rendez-vous avec la Russie qui s’est tenue en mai dernier. La scène s’est ouverte aux ensembles artistiques tant professionnels qu’amateurs. Divers marchés artisanaux, dégustations et autres événements originaux ont permis à des personnes de tout âge, de toute profession et aux intérêts les plus variés de découvrir les nombreuses facettes de la Russie et ses traditions, nos multiples ethnies et confessions.

Une grande fête a été organisée en juin 2017 à Anvers, où Pierre le Grand avait séjourné à deux reprises (en 1698 puis en 1717). Les Anversois garderont de vifs souvenirs des groupes folkloriques russes, du festival gastronomique « Secrets de la cuisine du Kremlin » et du tournoi international d’échecs organisés à l’hôtel de ville avec le soutien du bourgmestre Bart De Wever. Des représentants flamands du monde politique et des affaires, de la société civile et du corps diplomatique y étaient également présents.

Le 21 juin, le tricentenaire culminait à Liège avec l’inauguration de la statue du tsar réalisée par le sculpteur Alexander Taratynov. Fruit de l’initiative conjointe des autorités liégeoises, de la Fondation Pierre le Grand et de l’ASBL Le Grand Liège, ce projet a bénéficié de l’appui de notre ambassade et du précieux soutien des sociétés Gazprom et Lukoil. Les festivités se sont déroulées en présence de Mme Christine Defraigne, présidente du Sénat de Belgique, de Mme Alda Gréoli, ministre de la Culture de la Communauté française, de M. Hervé Jamar, gouverneur de la province de Liège, et de M. Joseph Houssa, bourgmestre de Spa.

Un fort intérêt pour le patrimoine de l’époque pétrovienne continue à animer les cercles académiques belges. En novembre, M. Emmanuel Waegemans, éminent slaviste flamand, a présenté l’édition française de son ouvrage « Pierre le Grand en Belgique » initialement parue en 2007, en version bilingue russe et néerlandaise. Une série de conférences scientifiques organisées à Bruxelles et à Liège en décembre a été l’occasion de nombreux exposés et débats sur ce thème.

On reprendra la suite des dates historiques mémorables en 2018 avec la célébration, en avril, du 165e anniversaire de l’établissement de relations diplomatiques entre nos deux pays.

La diaspora russe est traditionnellement active en ce qui concerne l’élargissement des contacts tous azimuts entre la Russie et la Belgique. En atteste un large éventail de manifestations mises sur pied avec l’aide ou sous l’égide de l’ASBL Fédération belge des organisations russophones représentées aux quatre coins du Royaume.

Nous nous félicitons vivement de l’effort déployé par cette association dans le but de préserver la mémoire et la vérité historiques, au premier chef desquelles, celles de la Seconde Guerre mondiale. Cela donne lieu à des manifestations exceptionnelles chargées d’émotions, dont le défilé du Régiment immortel et la distribution des rubans de Saint-Georges (l’un de principaux symboles de la Grande Guerre patriotique de 1941-1945) organisés le 7 mai 2017 à la Citadelle de Liège à l’initiative des membres de la diaspora résidant dans la Cité ardente. La commémoration du sacrifice de nos soldats s’inscrit comme un axe directeur dans les activités de l’Union des citoyens soviétiques, qui est la plus ancienne association russophone du Royaume, fondée en 1946, présidée par Mme Véra Kouchnareva.

La tradition séculaire des échanges intellectuels et culturels entre la Russie et la Belgique est incarnée par la Fondation internationale Pouchkine dirigée par M. et Mme Pouchkine, descendants directs du poète qui résident à Bruxelles. Les soirées de gala qu’elle tient chaque année pour la remise du prix « Patrimoine russe » témoignent de la renommée solide dont bénéficie cette Fondation.

L’Ambassade se fixe particulièrement pour mission de défendre les droits et intérêts légitimes des compatriotes russes, de veiller à ce qu’ils puissent préserver leur identité ethnique et culturelle, d’alimenter leur sentiment d’appartenance à la Russie et d’enflammer l’aspiration à dynamiser la coopération russo-belge tous azimuts.

L’un de nos principaux objectifs sur le plan culturel est de faire la promotion de la langue russe en Belgique en tant que vecteur objectif des informations sur la Russie, instrument de communication international et symbole de l’unité de la diaspora.

L’apprentissage du russe se poursuit à un bon rythme dans un nombre d’établissements de l’enseignement supérieur et secondaire de Belgique. Depuis juin 2017, les Belges peuvent officiellement tester leurs compétences en la matière dans le tout premier centre spécialisé d’évaluation linguistique créé à Anvers par l’Institut d’Etat de langue russe Pouchkine.

L’Ambassade apprécie à juste titre la contribution de nos compatriotes à la diffusion de leur langue maternelle. Ils s’y investissent par le biais de l’Association belge des écoles russes dans le cadre d’un projet pilote d’organisation de cours d’ouverture aux langues et aux cultures. Cette initiative réalisée en partenariat avec la Communauté française de Belgique s’adresse aux élèves de l’enseignement fondamental et secondaire en leur proposant des cours thématiques animés par des professeurs hautement qualifiés. En outre, les compatriotes assurent le fonctionnement de plus de vingt « écoles du week-end » russophones.

La célébration de la Journée de la langue russe s’inscrit dans le cadre de bonnes traditions belges. En 2017 comme chaque année, l’Ambassade a prêté son concours aux lectures littéraires et poétiques parrainées par la Fondation internationale Pouchkine et le Willemsfonds Laken.

Dans toutes ces activités, un rôle important incombe au Centre culturel et scientifique de Russie à Bruxelles. Ce dernier a pour vocation de servir de plateforme utile au plus large public désireux de mieux connaître notre civilisation, d’apprendre la langue russe, de partir en stage en Russie, ou encore de promouvoir des initiatives culturelles communes.

Une identité distincte dans le cadre des activités de l’Ambassade appartient à l’Église orthodoxe russe. L’action pastorale de l’Archevêché de Bruxelles et de Belgique contribue largement à renforcer l’image et l’autorité morale de la Russie, ainsi que la cohésion au sein de la communauté russe.

Nous nous félicitons de l’intérêt que les Belges portent à l’héritage culturel de la Russie et de l’accueil chaleureux réservé aux ambassadeurs culturels de notre pays dans les plus grandes salles de concert et d’exposition de Belgique. L’année 2017 a été riche en concerts d’artistes et de musiciens russes de premier ordre et notamment du Ballet du Bolchoï, de l’orchestre du Théâtre Mariinsky sous la baguette de Valeri Gergiev et des Solistes de Moscou dirigés par Yuri Bashmet.