Tombes des prisonniers de guerre et des partisans morts en Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale

Retour

Tessenderlo

Au cimetière communal de Tessenderlo (province de Limbourg) est inhumé un ancien prisonnier de guerre soviétique dénommé Rachma Galiuline (Rakhma, Rakhmatula), né le 13.05.1909, originaire de la ville d’Oufa en République socialiste soviétique autonome de Bachkirie.

Une croix en béton a été érigée sur la tombe, mais sans plaquette d’identité.

La sépulture a été localisée en 2010.

D’après les informations, R. Galiuline fut capturé et envoyé en Belgique pour y travailler dans des mines de charbon du côté de La Louvière et Maurage. Il parvint à s’en évader, en compagnie d’un autre prisonnier soviétique. Voulant peut-être reprendre la route de l’Est, ils n’aboutirent qu’à Tessenderlo (à 130 km environ de Maurage), où ils furent aidés par des membres de la Résistance belge. Pendant plusieurs mois, ils se cachèrent dans des planques aménagées dans des maisons et des fermes appartenant aux habitants de la région, et parfois même dans des maquis forestiers. Il n’est pas à exclure que R. Galiuline ait pris part à la Résistance car il était équipé d’une arme à feu pendant un certain temps.

Après la libération de la Belgique de l’occupant fasciste en septembre 1944, R. Galiuline revint à Maurage, peut-être pour y retravailler dans la mine. Il retourne cependant à Tessenderlo le 10 mai 1945, car son fils vient d’y naître la veille, le 9 mai 1945, d’une habitante de la localité.

R. Galiuline meurt le 21 mai 1945 dans des circonstances restées inconnues. Son acte de décès est dressé par les autorités locales.

D’après le témoignage de François Bieselmans (nom du beau-père), fils de R.Galiuline.


François Bieselmans, fils de R.Galiuline. (Avril 2011 г.)


L'acte de décès signé par le bourgmestre de Tessenderlo

Cérémonies solennelles annuelles de dépôt de gerbes

2018

2014

2013

2012

2011



Chers visiteurs,
Nous souhaitons attirer votre attention sur le fait que l'orthographe des noms, prénoms et lieux de naissance des citoyens soviétiques inhumés en Belgique peuvent être faussée car ils sont écrits assez souvent en flamand et en français dans les livres d'enregistrement et sur les monuments.
Nous remercions l'Archidiocèse belgo-bruxellois de l'Église orthodoxe russe, les organisations de compatriotes russes et les institutions étrangères russes accréditées en Belgique pour les photos et leurs efforts pour préserver la mémoire de l'héroïsme des soldats soviétiques morts pendant la Grande Guerre patriotique.

L’Ambassade sera reconnaissante de fournir des informations et des photos des sépultures militaires soviétiques de la Seconde Guerre mondiale en Belgique et des cérémonies qui ont lieu là-bas.

Veuillez envoyer vos documents à l'adresse électronique de l'Ambassade amrusbel@skynet.be avec la note « Tombes de Guerre».