Tombes des prisonniers de guerre et des partisans morts en Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale

Retour

Sprimont (Monument Dotsenko)

Du côté de Sprimont (province de Liège), à proximité immédiate de Comblain-au-Pont, à 120 km au sud-est de Bruxelles), sur un lieu privé difficilement accessible en bord d’Amblève, a été érigé un monument en hommage à E.I. Dotsenko, commissaire soviétique et membre de la Résistance.  Ce monument a été construit au lendemain de la guerre par des partisans soviétiques et des habitants de la région à l’endroit précis où leur camarade de combat fut abattu par une patrouille allemande (pour plus de détails sur cette histoire, voir l’article de V. Chliakhterman « Les Russes dans les Ardennes » et le site de S.V.Dybov).

Le monument représente un bouclier en béton avec une étoile à cinq branches sur le dessus. Y figure l’inscription suivante en langue russe :

"Tu es tombé dans la lutte contre le fascisme

Notre Patrie ne t’oubliera pas!
Nous te vengerons!
Gloire à toi, Evgueni Dotsenko !
Stalingrad.
Né le 18-2-1912
Tué le 1-4-1944"

Il existait auparavant une plaque en marbre avec cette épitaphe écrite en français : «En ce lieu a été lâchement abattu par les fascistes allemands, notre regretté Evguenii DOTZENKO né à Stalingrad le 18-2-1912, décédé le 1-4-1944).Elle s’est perdue ces dernières années.


Photo du monument en 1945, tout de suite après son érection.


Photo du monument dans les années 50. Liliane Desopper s’est longtemps occupée de l’obélisque

Le monument était complètement délabré ces dernières années.

En novembre 2011, grâce aux efforts des collaborateurs de l’Ambassade de Russie en Belgique, des travaux de restauration y furent menés.

Pour plus de détails, voir le site de S.V. Dybov

 Renseignements biographiques

Dotsenko Evgeni Yossifovitch (1912-1944) était Commandant de l’Armée soviétique et membre de la Résistance belge. Il avait  commencé sa carrière professionnelle comme premier assistant politique dans l’Enseignement technique et professionnel de Barnaoul, là où serait ensuite créé l’Institut des Métiers N°4 (actuel Lycée Professionnel N°12, Institution d’enseignement de l’Etat).

E.I. Dotsenko entra à l’Ecole militaire en 1938 et, une fois diplômé, fut envoyé le 9 juin 1941 sur la frontière occidentale en tant qu’instructeur politique dans la 99ème division d’infanterie qui entra en offensive

 le 22 juin 1941 du côté de Przemyśl. Encerclé dans la poche d’Ouman, il est porté disparu à partir juin 1941. Les circonstances de son incarcération demeurent inconnues. D’après les informations disponibles, il aurait été capturé par des policiers dans un village ukrainien alors qu’il tentait de percer l’encerclement. Emprisonné à Mülheim (Allemagne), il fut transféré au début de l’année 1942 dans un camp de travail en Belgique, d’où il s’évada. Il se cacha dans le maquis avant de rejoindre les rangs de la Résistance belge.

En 1943, à l’initiative du lieutenant-colonel K.D. Chouchkine, évadé d’un camp situé en province de Limbourg, fut créée la brigade de partisans « Pour la Patrie ! » rassemblant des prisonniers de guerre soviétiques (l’histoire de cette brigade est racontée dans le livre de A. Wolff «V tchouzoï Strane»)[1]. E.I Dotsenko fut nommé commissaire de 4ème rang d’une équipe appelée "Franco". Elle comptait une trentaine de personnes. Après l’assassinat du chef de la police de Liège et la destruction d’une ligne de distribution électrique qui avait laissé ce grand centre industriel sans électricité, la tête de Dotsenko fut mise à prix pour 500 mille francs belges. Le premier avril 1944, alors qu’il traversait l’Amblève, Dotsenko périt dans une embuscade.

E.I Dotsenko fut décoré post mortem du Premier Ordre de la Grande Guerre « pour le courage et la vaillance dont il fit preuve contre les envahisseurs allemands fascistes dans les rangs des partisans belges au cours de la Deuxième Guerre mondiale ». Il est inhumé à Comblain-au-Pont. Au nom de E.I. Dotsenko sont également liés le monument « Arbre de Dotsenko » et une croix commémorative à la Citadelle de Liège.

L’histoire de Dotsenko est racontée dans le film documentaire «Les Soldats de la Résistance» (1980), ainsi que dans l’émission de A.Sladkov du 15.05.2001 « Voennaya programma » (sur la chaîne TV Rossya).

Certaines informations proviennent sur site de S.V. Dybov, ainsi que du « Lycée Professionnel N°12 » de Barnaoul.

Erection du mémorial de Sprimont, 22 mars 2012.

 

[1] Cette nouvelle d’Abram Wolff (titre littéral « Au Pays d’autrui ») racontant les exploits de la Brigade « Pour la Patrie » sur le sol belge a été publiée en 1962 à Saratov. Nous n’en connaissons pas de traduction française (NDT).

Cérémonies solennelles annuelles de dépôt de gerbes

2011

 

L’Ambassade remercie Monsieur Sergey Dybov pour l’information fournie.

Nos remerciements particuliers à Messieurs Armand Collin, Paul Degee et Willy Lallemand pour les documents fournis et l’assistance accordée à l’Ambassade dans ses recherches du monument.



Chers visiteurs,
Nous souhaitons attirer votre attention sur le fait que l'orthographe des noms, prénoms et lieux de naissance des citoyens soviétiques inhumés en Belgique peuvent être faussée car ils sont écrits assez souvent en flamand et en français dans les livres d'enregistrement et sur les monuments.
Nous remercions l'Archidiocèse belgo-bruxellois de l'Église orthodoxe russe, les organisations de compatriotes russes et les institutions étrangères russes accréditées en Belgique pour les photos et leurs efforts pour préserver la mémoire de l'héroïsme des soldats soviétiques morts pendant la Grande Guerre patriotique.

L’Ambassade sera reconnaissante de fournir des informations et des photos des sépultures militaires soviétiques de la Seconde Guerre mondiale en Belgique et des cérémonies qui ont lieu là-bas.

Veuillez envoyer vos documents à l'adresse électronique de l'Ambassade amrusbel@skynet.be avec la note « Tombes de Guerre».